Tout savoir sur la profession d’avocat pénaliste

avocat pénaliste

Selon le dernier recensement du ministère de la Justice, la France compterait près de 70 000 avocats, dont un peu plus de 8 000 seraient des avocats spécialisés en droit du travail, de la famille ou encore en droit pénal. On appelle ces derniers des avocats pénalistes. Que savez-vous de la profession d’avocat pénaliste ? Le point sur le sujet avec Antoine Béraud, avocat.

Qu’est-ce qu’un avocat pénaliste ?

Comme son nom le laisse clairement entendre, un avocat pénaliste est un avocat spécialisé en droit pénal, l’une des branches du droit français. Également appelé droit criminel, le droit pénal étudie et traite les infractions et en définit les sanctions applicables. Ainsi, l’avocat pénaliste traite exclusivement des affaires dites pénales, comme les délits et les crimes. Notons par ailleurs que ce professionnel du droit peut être du côté de l’auteur présumé du délit ou du crime, ou celui de la victime. Parce que la loi française prévoit l’intervention directe de l’avocat pénaliste et son client devant les instances relatives à l’affaire jugée, l’oralité constitue la base de la procédure pénale.

Avocat pénaliste : les missions

L’avocat pénaliste ne diffère pas beaucoup des autres avocats spécialisés, en cela qu’il a un rôle de conseil auprès de son client, notamment sur la procédure à suivre. Il est aussi tenu de respecter la déontologie du métier, ce qui veut dire qu’il ne peut se prononcer sur la culpabilité ou l’innocence de son client. Sa mission principale est de défendre et conseiller son client.

En prenant en charge un dossier, l’avocat pénaliste s’attelle à réunir le maximum d’informations sur l’affaire traitée, justement pour constituer un dossier solide, en se basant sur les textes juridiques, mais aussi sur la jurisprudence. Parmi ses autres attributions, figure également la rédaction des actes. En cours de procès, ce spécialiste du droit pénal plaide en faveur de son client devant le juge, la partie adverse et le jury.

Les compétences pour devenir avocat pénaliste

Il est évident qu’un avocat pénaliste doit justifier d’un certain nombre de qualités et de compétences, au premier rayon desquelles la maîtrise de toutes les matières du droit pénal. Il peut toutefois choisir une spécialisation en droit pénal, comme par exemple la fraude, l’homicide, le vol qualifié, la diffamation, le viol ou le harcèlement, les crimes de détournement, les crimes informatiques ou cybercrimes, le blanchiment d’argent…

Quelle formation pour devenir avocat pénaliste ?

L’accession à la profession d’avocat pénaliste peut se faire par le biais de deux voies, à savoir la voie initiale ou la voie professionnelle. La voie initiale consiste à suivre une formation universitaire de 4 ou 5 ans pour obtenir un master 1 ou 2 en droit. Le candidat devra ensuite réussir un concours d’entrée dans l’un des CRFPA (Centres régionaux de formation professionnelle d’avocats). S’il est admis, le candidat suivra une formation d’une durée de 18 mois, puis passera un examen qui lui permettra d’obtenir le CAPA (Certificat d’aptitude à la profession d’avocat). Enfin, l’étudiant fraîchement diplômé devra passer un stage de 2 ans dans un cabinet d’avocats, avant de prêter serment et de s’inscrire au barreau pour devenir officiellement avocat pénaliste.

Par ailleurs, il existe certaines professions définies par l’article 97 du décret du 27 novembre 1991 qui permettent d’accéder à la profession d’avocat pénaliste sans suivre la voie initiale. C’est ce qu’on appelle la voie professionnelle. Si vous êtes professeur d’université chargé de l’enseignement juridique, juriste d’entreprise avec 8 ans d’expérience ou encore membre ou ancien membre du Conseil d’Etat, vous pourrez accéder à la profession en passant un examen de contrôle des connaissances.

 

Articles en relation